Accueil / Start-ups / L’installation en officine, pourquoi pas ?

L’installation en officine, pourquoi pas ?

L’officine est de plus en plus boudée par les jeunes pharmaciens. L’industrie et l’internat bénéficient directement de ce phénomène. Mais pourquoi l’officine est-elle mise à l’écart aujourd’hui ?

Je suis un jeune pharmacien, bientôt titulaire, et cofondateur de Ouipharma.fr. J’essaie, à travers cet article, de vous transmettre mon optimisme !

achat vente officine

Entre craintes et opportunité

« C’était mieux avant… ». Cette phrase que tout jeune pharmacien (y compris moi) a déjà prononcé a-t-elle vraiment lieu d’être ? En discutant un peu avec d’anciens titulaires, on se rend compte qu’eux aussi ont dû faire face à quelques obstacles : des taux d’emprunts très élevés (parfois jusqu’à 15-20%) ou encore l’arrivée d’un système qui a fait très peur, la marge dégressive lissée. Aujourd’hui, le « vieux pharmacien », partant à la retraite peut être perçu comme celui qui a vécu l’âge d’or de la pharmacie, mais lui aussi s’est battu pour défendre les intérêts de la profession, a certainement plié pendant de longs mois, et finalement, a réussi son pari.

Alors oui, notre profession évolue, est menacée par de puissants lobbys, subit des dizaines de fermetures par an, mais elle trouvera comme elle l’a toujours fait, les moyens de tirer son épingle du jeu.

Derrière chaque vague de changement, derrière chaque difficulté se cache une opportunité. À nous, pharmaciens, d’être suffisamment optimistes et de prendre le recul nécessaire pour voir et saisir ces opportunités.

L’installation comme outil de capitalisation

L’installation est un grand pas que l’on effectue : un projet de vie avec un risque immense, c’est le choix de l’entrepreneuriat.

Les pharmacies sont, en moyenne, plutôt chères (et d’ailleurs leurs prix continueront de baisser, ne nous leurrons pas).

Mais si on achète une pharmacie en se disant aujourd’hui qu’on la revendra au même prix dans 15 ans ou 30 ans, je pense que l’on se trompe. On achète une pharmacie afin de capitaliser, de pouvoir se payer un salaire et rembourser un emprunt. La revente est bien loin et devra, d’après moi, être considérée comme un bonus.

Si le monopole venait à s’ouvrir, il est évident que la valeur des fonds chuterait. Mais cela donne toute son importance au choix de la bonne officine et à l’ensemble des projets (transferts, regroupements) qui feront de votre outil de travail, un lieu incontournable pour les clients et les patients de votre zone de chalandise.

Toujours est-il que durant 12 ans, en plus de percevoir un salaire (certes faible comparativement au taux horaire), le pharmacien peut rembourser un emprunt et ainsi capitaliser. Qu’en sera-t-il dans 12 ou 15 ans, à l’échéance du prêt ?

Et puis qui n’a jamais rêvé d’être son propre patron avec toutes les libertés (et les inconvénients !) qui vont avec ? C’est une belle aventure d’être titulaire et je pense que peu de titulaires en exercice la regrette, alors pourquoi pas vous ?

La recherche de son officine

La recherche de la bonne officine est primordiale. Elle peut être longue et il ne faut surtout pas se précipiter. C’est certainement le plus gros et plus important achat de votre vie ! Cela peut prendre plusieurs mois, années avant de foncer sur l’officine qui vous convient.

Car bien entendu, toutes les pharmacies sont différentes et toutes ne vous conviendraient pas. De la petite pharmacie de centre ville, à la très grosse pharmacie de milieu rural, ou l’inverse, tout dossier s’étudie et peut convenir à l’un d’entre vous.

L’important avant d’entamer ces recherches et de bien définir l’ADN de votre pharmacie, ce qu’elle doit déjà avoir, ce que vous voulez en faire et ensuite définir le profil type qui correspondra à vos attentes. Pas de jugement possible sur vos critères de recherche, ils vous sont personnels !

Plusieurs possibilités désormais : contacter les intermédiaires de votre région, contacter des pharmaciens en direct qui ont des officines qui correspondent à vos critères, ou faire votre recherche sur Ouipharma, nouveau service à la « SeLoger » qui centralise plus de 1250 annonces de pharmacies à la vente aujourd’hui. Votre future officine est surement là.

ouipharma site achat vente pharmacie

Acheter son officine : accessible à tous ?

Une fois que vous l’aurez trouvée cette officine, il vous faudra l’acquérir. Avez-vous la capacité financière pour financer votre projet ? On dit souvent que les ratios de base se trouvent aux alentours de 20-30% d’apport. Cette notion est à modérer en fonction des projets. Voici l’exemple d’un jeune pharmacien qui s’installera cette année dans les Vosges avec un projet qui aurait pu paraître inaccessible :

« Face à la demande d’un apport conséquent par les banques, je ne pensais pas pouvoir m’installer avant plusieurs années. La solution crédit-vendeur auprès du cédant de l’officine m’a permis de démultiplier ma capacité d’emprunt avec un remboursement à court terme. Cela m’a ainsi permis d’accéder à une officine de 1.7M€ de CA avec un apport personnel ne représentant finalement qu’environ 3% du montant de la transaction ! »

De nombreux montages sont aujourd’hui possibles, comme les crédits-vendeur, l’apport en capital d’investisseurs extérieurs, pour permettre aux jeunes de devenir titulaires de leur propre officine.

Alors oui, l’installation est bien accessible à tous ! À tous ceux qui en ont l’envie !

Guillaume Campo
Pharmacien
Co-fondateur de Ouipharma.fr

L’installation en officine, pourquoi pas ?
4.6 (92%) 5 votes

Voir aussi

stupéfiant, registre, pharmacie, officine

Registre stupéfiants : marre d’Excel ou du papier ?

La réglementation est extrêmement stricte concernant la gestion des stocks et la délivrance de stupéfiants …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *