Accueil / Avenir Pharmacie / Le pharmacien efficace pour prévenir les risques cardiovasculaires

Le pharmacien efficace pour prévenir les risques cardiovasculaires

Les pharmaciens peuvent-ils par de simples conseils contribuer à la réduction des risques cardiovasculaires ? C’est ce que confirme cette étude publiée en 2002 par l’American Medical Association.

Un suivi attentif et coordonné

Pour l’étude, 657 patients ont été randomisés et répartis en deux groupes. Tous les patients possédaient un risque élevé de survenue d’événements cardio-vasculaires. L’étude a été centrée sur un facteur de risque particulier : le taux de cholestérol.

Dans le groupe expérimental les patients étaient interviewés par le pharmacien dans le but d’établir leur profil, puis une mesure de leur taux de cholestérol était réalisée.
Ensuite le pharmacien leur donnait des conseils à l’aide d’une brochure et leur recommandait ensuite de consulter leur médecin (qui recevait les informations recueillies lors de l’intervention).
Des visites ont ainsi été organisées (en personne ou par téléphone) tous les mois afin de s’assurer de la bonne observance du patient, de répondre à ses questions, de le conseiller et confirmer ses visites chez le médecin.

Dans le groupe contrôle, la brochure était donnée sans plus de conseils et un minimum de suivi était effectué à 8 et 16 semaines

Une amélioration rapide et nette

Des résultats significatifs ont été obtenus très rapidement, à tel point que l’étude a été interrompue au bout de 16 semaines. Le premier graphique représente l’amélioration dans la prise en charge du taux de cholestérol.

Prise en charge cholestérol patient pharmacie

*Différence significative entre les deux groupes  (p-value < 0.05)

Figure 1 : Prise en charge du taux de cholestérol chez le médecin dans 4 domaines différents en pourcentage de patient.

La prise en charge  est supérieure pour 26% des patients dans le groupe expérimental.

De même, les analyses lipidiques, les nouvelles prescriptions ou l’augmentation de dose de médicaments hypocholestérolémiants se font pour un plus grand nombre de patients quand ils reçoivent les visites. Les conseils reçus influencent donc la prise en charge du médecin.

cholestérol pharmacie cardiovasculaire risque différence homme femme

*Différence significative entre deux catégories de patients (p<0.05)
Figure 2 : Différence entre différentes catégories de patients dans les groupes contrôle et expérimental.

Par ailleurs, s’il n’y a pas de différence entre les patients âgés de plus ou de moins de 70 ans ou entre les milieux urbain et rural, les femmes et les patients diabétiques sont plus réceptifs au programme (les femmes reçoivent ordinairement moins de thérapies hypocholestérolémiantes).

satisfaction patient pharmacie cholestérole

Figure 3 : Satisfaction des patients dans 4  catégories différentes (noté sur 100)

Aucune différence statistique n’a été observée dans la satisfaction du patient, aussi bien sur le plan physique que mental ou qu’en terme de communication des professionnels de santé. Peut-être est-ce parce que cette étude a été pensée pour étudier un procédé et non des conséquences cliniques.

Une prévention efficace qu’il faut maintenant mettre en place

Une puissance respectable, des résultats rapides et significatifs… si l’on ajoute une évaluation économique qui montre que le coût de ce programme serait de 7$ par patient pour 4 mois, cette étude ne montre que des points positifs.

Cependant, même si l’efficacité et le coût réduit de tels programmes de suivi sont réels et démontrés, le développement des soins préventifs par rapport aux soins curatifs est encore faible dans notre système de santé.

La mortalité élevée des maladies cardiovasculaires impose pourtant un encadrement spécifique, et l’éducation doit commencer chez les patients sains afin de prévenir les complications en amont.
L’officine tient un rôle d’autant plus important que les patients y ont un accés rapide à un professionnel de santé : il est possible d’y développer une prévention primaire ciblée sur ces pathologies.

Benjamin Mazaleyrat

Source : Tsuyuki, Ross T., Jeffrey A. Johnson, Koon K. Teo, Scot H. Simpson, Margaret L. Ackman, Rosemarie S. Biggs, Andrew Cave, et al. « A Randomized Trial of the Effect of Community Pharmacist Intervention on Cholesterol Risk Management: The Study of Cardiovascular Risk Intervention by Pharmacists (SCRIP) ». Archives of Internal Medicine 162, no 10 (27 mai 2002): 1149‑55.

Notez cet article

Voir aussi

avenir pharmacie nouveau regard sur l'officine

Avenir de la pharmacie : 5000 patients, 500 titulaires et 50 équipes mobilisés

La pharmacie traditionnelle est vouée à se transformer dans les années qui viennent. Où ira-t-elle …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *