Accueil / Avenir Pharmacie / Observance à l’officine : quel impact du « renouvellement automatique » ?

Observance à l’officine : quel impact du « renouvellement automatique » ?

C’est à cette question qu’a choisi de répondre la chaîne de pharmacies Américaine CVS Caremark Corporation en testant un nouveau processus de dispensation chez les patients atteints de maladies chroniques.

Publiée dans The American Journal of Managed Care de novembre 2015, l’étude s’intéresse à une solution simple mais efficace : le « renouvellement automatique ».

Principe

La méthode est simple : c’est le pharmacien qui fixe le jours du mois à laquelle le patient peut venir chercher la suite de son traitement (en fonction de l’expiration de la prescription et de la date du précédent renouvellement).

Son ordonnance est préparée à l’avance et le patient est prévenu de sa disponibilité afin de pouvoir retirer ses prescriptions.

Les retraits prématurés ou tardifs sont donc limités réduisant alors le gaspillage et la non observance.

Des résultats significatifs

Réalisée sur une population de 254 358 patients, âgée en moyenne de 56 ans, l’étude couvre 11 spécialités différentes prescrites dans diverses pathologies chroniques et prend en compte les deux types de renouvellement possibles : tous les mois et tous les 3 mois.

Les premières données sont présentées sous la forme d’un ratio : le MPR (Medication Possession Ratio).

MPR (%) = (Nombre de jour de traitement délivré / 1 an) / (Nombre de jour de traitement prescrit /1 an)

Il apparaît alors que les patients inclus dans le programme de renouvellement automatique possèdent un meilleur ratio à la fois sur les ordonnances d’1 mois (+ 3%) et de 3 mois (+1,4%).

Figure 1 : Différence de MPR (%) entre le groupe contrôle et le groupe sous renouvellement automatique

mrp observance renouvellement automatique

ΔDifférence en points de pourcentage entre les groupes « contrôle » et « renouvellement automatique » ajustée pour les facteurs démographiques et cliniques confondus.* P<0.001 ** P<0.05

De plus, l’étude rapporte une nette diminution du taux de surconsommation médicamenteuse (MPR>100%) dans le cas du renouvellement automatique.

Figure 2 : Différence entre les taux de surconsommation médicamenteuse du groupe contrôle et du groupe sous renouvellement automatique

surconsommation médicamenteuse renouvellement automatique

La deuxième série de données analysée nous montre quant à elle que les patients inclus dans le programme renouvellent leur ordonnance plus tardivement que le groupe contrôle, réduisant ainsi la quantité de médicaments délivrés.

Figure 3 : Comparaison du nombre de jours de retrait prématurés (par rapport à la date d’expiration du renouvellement) dans les groupes contrôle et sous renouvellement automatique.

Jours de retrait prématurés

Δb Une différence négative indique que le groupe sous renouvellement automatique reçoit son traitement plus tard que le groupe contrôle. * P<0.05

Une étude convaincante

L’étude, certes n’impliquant qu’une seule chaine de pharmacie Américaine et n’informant pas sur la prise réelle du médicament par le patient, a le mérite de mettre en lumière l’impact qu’une telle mesure peut avoir sur la consommation.

Certains diront que le patient moins impliqué dans le processus de soin est plus enclin au gaspillage, mais nous voyons dans ce cas que le regard du pharmacien tend plutôt à responsabiliser les malades sur leur consommation.
Fixer un rendez-vous mensuel obligatoire est un moyen d’organiser la dispensation des traitements à la fois pour le pharmacien et pour le patient.

À l’heure où l’observance reste un problème majeur de santé publique, ces résultats offrent une vision intéressante des relations entre patient et professionnel de santé. Tout en évitant le gaspillage, ils permettent aussi de rappeler les rôles que le pharmacien peut jouer dans le processus de soin.

Benjamin Mazaleyrat

Source : Matlin OS, Kymes SM1, Averbukh A, Choudhry NK, Brennan TA, Bunton A, Ducharme TA, Simmons PD, Shrank WH. Community pharmacy automatic refill program improves adherence to maintenance therapy and reduces wasted medication. Am J Manag Care. 2015 Nov;21(11):785-91.

Notez cet article

Voir aussi

avenir pharmacie nouveau regard sur l'officine

Avenir de la pharmacie : 5000 patients, 500 titulaires et 50 équipes mobilisés

La pharmacie traditionnelle est vouée à se transformer dans les années qui viennent. Où ira-t-elle …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *