Accueil / Marketing & Merchandising / Le DPC en pharmacie résumé en 3 points

Le DPC en pharmacie résumé en 3 points

pharmconseilLe DPC est une nouveauté qui suscite de nombreuses interrogations dans la profession. Jean-Louis Martreux est le fondateur de PHarmCOnseil, organisme du DPC. Il nous fait un état des lieux du DPC en officine en 3 points.

1) Le DPC, une obligation de formation pour l’équipe officinale

A l’origine, le développement professionnel continu (DPC) était réservé aux médecins. Il est désormais obligatoire pour les pharmaciens d’officine et préparateurs entre autres.
Aujourd’hui le DPC en 4 points c’est :
1. Augmenter & actualiser les connaissances
2. Evaluer et améliorer les pratiques
3. Mettre en place les bonnes pratiques de la HAS
4. Favoriser l’interprofessionnalisation

Sa finalité : développer l’éducation thérapeutique du patient (l’aider à prendre conscience de sa maladie, lui délivrer l’information dont il a besoin, l’accompagner si le patient a du mal à adopter une bonne conduite vis à vis de sa pathologie). Le minimum de formation imposé pour un collaborateur de l’officine est de suivre 1 DPC/an.

Mais malgré cette obligation, seuls 40% des titulaires ont rempli leurs obligations pour 2013. Des chiffres étonnants, notamment car le DPC est pris en charge ! Mais ceci est surtout une vraie perte pour la profession, qui ne saisit pas l’opportunité de développer des compétences utiles à tous : titulaires, collaborateurs, et public.

2) Des bénéfices concrets pour la pharmacie et son public

Il est clair que les pharmacies traînent des pieds pour les DPC. Alors que c’est une obligation dans leur intérêt et dans celui de leurs patients.

Le DPC permet déjà d’être à jour de ses obligations réglementaires. On peut penser que les premières sanctions arriveront bien un jour, alors autant se mettre en règle aujourd’hui.

Le DPC permet des économies mais surtout économise des vies. A titre d’exemple, les AVK c’est 5000 morts et 17 000 hospitalisations par an. Une profession officinale bien formée pourrait réduire ces chiffres.

Le DPC repositionne la pharmacie d’officine sur son coeur de métier. Les patients des pharmacies bien formées reçoivent des conseils et sont écoutés. Ils savent qu’ils ne sont pas en grande distribution mais dans une pharmacie, en face d’un professionnel de santé.

Enfin, le dernier bénéfice à bien se former est peut-être le plus important. Il s’agit de prendre plaisir à bien faire son métier. Quelle satisfaction d’apporter des solutions adaptées à des patients reconnaissants !

3) Le DPC, opportunité de développer la communication en pharmacie

Le DPC transmet des connaissances aux équipes officinales, mais aussi les techniques pour en exploiter tout le potentiel en face de son patient. PHarmCOnseil développe auprès des équipes une méthodologie en 3 étapes :
1. Savoir identifier le besoin de la personne qui arrive au comptoir
2. Aider cette personne à formuler elle-même ce dont elle a besoin
3. Lui délivrer la réponse au besoin

Le client devient alors un patient. L’approche de PHarmCOnseil consiste ainsi à apprendre à guider le patient, pour qu’il exprime son besoin. En résumé, à être moins descendant dans les conseils pour améliorer leur impact et la satisfaction du patient.
Vous voulez en savoir plus et valider votre DPC ? Vous pouvez contacter PHarmCOnseil au 07 81 722 642.

Notez cet article

Voir aussi

entretien annuel pharmacie réunion

Management de l’officine : 3 conseils d’expert

Le management est un paramètre clé pour le succès de son officine. Philippe Astier, consultant …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *